Haut lieu de Résistance

Le maquis des Glières

Le maquis des Glières est un mouvement résistant français ayant opéré entre le 31 janvier et le 26 mars 1944, durant l’occupation allemande, sur le plateau des Glières, en Haute-Savoie.
Créé par l’Armée secrète, il est commandé par le lieutenant Tom Morel et encadré notamment par des anciens du 27e bataillon des chasseurs alpins d’Annecy.

Le maquis se dissout après avoir été encerclé et pourchassé par la Milice et la Wehrmacht. 500 maquisards auraient été opposés à 12 000 soldats allemands.
Parmi les épisodes marquants : les parachutages de tonnes de
matériels. Plusieurs Présidents de la République Française se sont rendus sur le site pour commémorer la mémoire des maquisards.

En savoir +
Monument national à la Résistance de Gilioli

© Gilles Piel / Monument national à la Résistance de Gilioli

A la découverte du Plateau des Glières

© Téo Jaffre / A la découverte du Plateau des Glières

Pour découvrir le Plateau et son Histoire, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • un circuit historique de deux heures, autour de la zone de parachutage, aux environs immédiats du monument national à la Résistance d’Emile Gilioli (pour tout type de marcheur)
  • des visites du monument National à la Résistance et des œuvres d’art d’Emile Gilioli
  • des visites guidées en extérieur
  • des activités pédagogiques
  • la projection de plusieurs films sur la Résistance en Haute-Savoie et la Déportation(avec ou sans réservation)
  • une rétrospective photographique sur la vie au Maquis des Glières pendant la Résistance (gratuit)
  • partez “A la découverte la découverte du Plateau des Glières” avec la randonnée connectée de l’application ViAnnecy.

La nécropole des Glières

Pour compléter cette découverte mémorielle, poursuivez votre périple l’après-midi vers la commune de la Balme de Thuy, où se situe la Nécropole des Glières.

Les premières tombes sont creusées dès avril 1944, à Morette, face aux cascades qui descendent des Glières, pour inhumer les résistants morts au combat. Dès 1945, le cimetière prend sa forme définitive. On y compte 105 tombes. Il devient nécropole nationale en 1984.

En savoir +
L'Histoire des Glières

© Téo Jaffre / L'Histoire des Glières