0
Retour
Carnaval vénitien d'Annecy

Portrait

Les doigts de fée du Carnaval Vénitien

Le Carnaval Vénitien d’Annecy fait partie de ces moments que nous attendons tous…

Mars 2022
4 min.

Autant qu’il suspend le temps, le Carnaval Vénitien souffle un vent de magie sur la ville et emporte avec lui tous les visiteurs dans un tourbillon de couleurs et de splendeurs qui n’a d’égal que la passion que visiteurs et costumes lui insufflent.

Le temps d’un week-end, du 11 au 13 mars cette année, les masques et costumes déambulent librement le long du lac et dans les Jardins de l’Europe, foulent les pavés de la vieille ville et prennent la pose sur les ponts ou au détour d’une ruelle, créant ici et là la surprise, et suscitant l’admiration de tous.

L’histoire n’est pas d’aujourd’hui puisqu’elle commence un jour de mars 1996 par une petite animation vénitienne au temps du carnaval. Porté par l’Association Rencontres Italie Annecy qui compte à présent une centaine d’adhérents, le Carnaval Vénitien prend peu à peu l’ampleur et l’envergure que nous lui connaissons jusqu’à attirer près de 500 masques ces dernières années. Limité cette année à 250 masques venus de toute la France et même de l’Europe pour garantir la sécurité de tous, le Carnaval Vénitien n’en conservera pas moins son ADN. Ni concours ni classement, une atmosphère feutrée et reposante, tous les masques se promènent à leur guise. Seule condition incontournable : que les costumes, historiques ou allégoriques, soient réalisés de façon artisanale et dans les règles de l’art !

Carnaval vénitien d'Annecy

© Monique Bon

Une condition qui est loin d’être une contrainte si l’on en croit l’une des fidèles de l’événement qui vit cette aventure comme une passion absolue : celle de concevoir, imaginer, peaufiner les moindres détails de son costume mais aussi et surtout celle de partager cette ferveur avec les autres participants comme avec les spectateurs venus les contempler.

Rencontre avec Monique Bon : haut les masques

Pour Monique, tout commence en 1996 alors que cela fait déjà 3 ans qu’elle se rend à Venise au moment du carnaval pour contempler la beauté des costumes croisés dans le dédale vénitien. Elle qui n’a alors rien d’une couturière aguerrie, se lance dans l’aventure simplement guidée par l’envie et par un joli don d’imagination aussi ! De facture très simple au commencement, ses costumes s’étoffent au fil du temps. L’étoffe, parlons-en, voilà qui peut donner le déclic, la première impulsion mais ce peut être aussi un symbole, une partie du costume en particulier et de là le fil se déroule… La réalisation de l’idée se perfectionne jour après jour et s’apparente presque à une quête ; celle de la belle matière, de la couleur juste, du détail qui fera la différence. Un travail de longue haleine qui occupe Monique de façon difficilement quantifiable mais dans lequel elle s’investit, cœur et âme.

Monique Bon dans son atelier

Monique Bon dans son atelier

Si la matière de prédilection de Monique est le taffetas, ce qui lui plait surtout est de trouver les différentes façons dont elle va pouvoir façonner le tissu et le transformer : volants, bandes, rubans et nœuds viennent donner le volume et l’effet attendus tandis que perles et autres dentelles s’ajoutent par petites touches pour magnifier le tout. Monique est intarissable sur le sujet. Elle ne néglige aucun détail et réalise elle-même tous les accessoires ; chapeaux et coiffes, gants et petites pochettes… Elle accessoirise les chaussures et confectionne des bagues, ne laissant rien au hasard, et n’ayant pour leitmotiv que le plaisir. “Le plaisir de confectionner, celui de porter et plus encore celui de voir l’émerveillement dans les yeux de ceux qui nous regardent. Je ne me lasse pas de ces moments”, confie Monique.

Carnaval vénitien d'Annecy

© ARIA

Avec plus de 45 costumes réalisés, et l’envie toujours intacte de susciter ces instants d’enchantement conservés précieusement dans les mémoires et les albums de milliers de visiteurs et de photographes, Monique Bon fait partie de ces mains qui créent la magie. “Chaque année, j’explique aux promeneurs qui s’interrogent que les costumes ne peuvent être achetés, chacun d’entre eux est unique et le résultat d’un savoir-faire artisanal et d’une imagination, souvent débordante, de celles et ceux qui mettent tout leur cœur à les confectionner. Ils sont toujours ébahis !”.

Carnaval vénitien d'Annecy

© ARIA

Il y a de quoi, de volants de velours en rubans de satin, de parures dentelées en ornements de perles, laissez-vous émerveiller par cette parenthèse enchanteresse. Comme toujours, il planera sur le Carnaval Vénitien d’Annecy ce supplément d’âme que l’on doit à ces doigts de fée alors précieusement gantés et à tous ceux dont vous pourrez imaginer le sourire derrière leurs masques d’un jour, celui qui a le don de placer tout le monde sur un même pied d’égalité, comme le veut la tradition originelle du carnaval. 

Si vous cherchez bien, vous trouverez certainement Monique… peut-être quelques notes de vert, du taffetas assurément mais n’en disons pas plus, le mystère doit rester entier et le secret se préserver jusqu’au dernier instant…

Carnaval vénitien d'Annecy

© Monique Bon

Nouveauté 2022 : promenade vespérale des masques le vendredi soir

Pour la première fois, les masques qui le souhaitent défileront le vendredi soir en nocturne de 18h à 20h au départ du square des Martyrs de la Déportation et jusqu’à l’Eglise Saint-François ; une nouvelle touche de féerie et des images de nuit qui conféreront aux masques et costumes une aura encore plus mystérieuse qu’elle ne l’est déjà !

 

Carnaval Vénitien

Circulation et stationnement


Une autre histoire


Crédit photo :

  • © Olivier Puthon

Journaliste : Gaëlle Tagliabue